La BAD accorde 18 millions USD au programme d’appui aux réformes économiques au Burundi (PARE V)

12/07/2012
Share |

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé un don de 18 millions USD au Burundi sur les ressources de la Facilité pour les États Fragiles pour le financement du cinquième Programme d’Appui au Réformes Economiques (PARE V).

Ce don est adossé à un programme de réformes visant la promotion d’une croissance économique accélérée à travers l’amélioration de l’efficacité dans la gestion des ressources de l’Etat, la promotion du développement du secteur privé, et la création d’emplois. Dans ce contexte, les principaux objectifs opérationnels du PARE-V sont : (i) l’amélioration de l’efficacité de l’Etat dans la gestion des ressources publiques (composante 1) ; et (ii) la promotion du développement du secteur privé et de la création d’emplois (composante 2). Les réalisations attendues du PARE-V sont : (i) des recettes fiscales accrues ; (ii) un système de passation des marchés efficace qui s’appuie sur un Code des marchés publics garantissant davantage la transparence, l’équité et la concurrence ; (iii) un système de contrôle interne et externe amélioré et plus efficace contribuant à une meilleure gestion des ressources financières de l’Etat; (iv) une augmentation du niveau d’investissement privé ; et (v) un accroissement des opportunités d’emplois pour les jeunes. Le programme sera exécuté sur les années 2012 et 2013 et le  don contribuera au financement des budgets 2012 et 2013.   

Le PARE-V est aligné sur le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté phase II (CSLP-II), adopté en janvier 2012 pour la période 2012-2016. Le CSLP-II vise à créer un environnement favorable au développement durable du Burundi dans une perspective de réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il est également aligné sur la vision de long terme du Burundi « Burundi 2025 ». Le PARE-V soutient le programme de réformes en cours au Burundi et vise à consolider les acquis et approfondit les réformes appuyées par la Banque dans ses précédents programmes (PARE I-IV).

Le Burundi est un pays post conflit, l’un des plus pauvres d’Afrique. L’Indice de Développement Humain (IDH) classe le pays au 185ème  sur 187 pays en 2011 et environ 67% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce programme répond à un besoin du gouvernement du Burundi en termes de stabilisation des finances publiques. En finançant une partie du déficit budgétaire, le programme va contribuer à l’atténuation des tensions sociales et à la stabilité du pays. Il continuera donc, comme les quatre autres opérations précédentes, à accompagner le pays dans son processus de modernisation visant une croissance forte, inclusive et créatrice d’emplois.