La BAD entend améliorer ses performances et son impact sur le développement en appliquant son nouveau modèle de développement et de prestation de services

27/06/2016
Share |

La Banque africaine de développement s’est officiellement lancée sur une nouvelle voie qui vise à créer un impact sur le développement au bénéfice des populations de l’Afrique. Le vendredi 22 avril 2016, avec l’approbation par le Conseil d’administration de la Banque du nouveau modèle de développement et de prestation de services (MDPS) de l’institution, elle a franchi une étape importante. Le mercredi 22 juin 2016, le Conseil d’administration a franchi un cap supplémentaire en approuvant le texte actualisé du plan d’action décentralisé, qui est aligné sur le MDPS.

Pour l’essentiel, le MDPS vise à rationaliser ses processus de gestion pour rehausser son efficacité, améliorer sa performance financière et accroître son impact sur le développement, afin de rapprocher bien davantage ses opérations de ses clients et de relever ses prestations de services. Il est étroitement aligné sur la Stratégie décennale de la Banque et sur le Top 5, les cinq priorités de développement de base mises à l’échelle du continent : Éclairer et fournir de l’énergie à l’Afrique, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de la vie des populations de l’Afrique. Il sera introduit par étapes au cours de la période 2016-2018.

Le nouveau modèle de développement et de prestation de services posera les bases de cinq initiatives au sein de la Banque : le rapprochement d’avec ses clients pour leur offrir de meilleurs services, la reconfiguration du Siège pour aider les régions à produire de meilleurs résultats, le renforcement d’une culture de performance en vue d’attirer et de retenir les talents, la rationalisation des processus de gestion pour promouvoir l’efficience et l’efficacité, et l’amélioration de sa performance financière ainsi que l’accroissement de son impact sur le développement - afin de réaliser le Top 5. En vertu du MDPS, trois complexes sectoriels à la tête desquels se trouveront des vice-présidents seront mis sur pied pour superviser la mise en œuvre du Top 5. Par ailleurs, un complexe dirigé par un économiste en chef assurera le leadership en matière de gestion macroéconomique, de gouvernance et de soutien budgétaire contracyclique. Enfin, un complexe consacré au développement régional, à l’intégration et à la prestation de services aura pour mandat de superviser le travail des cinq centres régionaux. Le nouveau complexe de l’électricité, de l’énergie et de la croissance verte aura la responsabilité de la priorité « Éclairer l’Afrique et l’Alimenter en énergie». Le nouveau complexe sectoriel de l’agriculture et du développement humain et social travaillera à la priorité « Nourrir l’Afrique » et à celle consistant à « Améliorer la qualité de la vie des populations de l’Afrique ». Un complexe légèrement ajusté relatif au secteur privé, aux infrastructures et à l’industrialisation se concentrera sur la priorité « Industrialiser l’Afrique ». La priorité « Intégrer l’Afrique » du Top 5 sera pilotée par les centres en charge du développement régional, de l’intégration et des prestations de services.

Le plan d’action actualisé est inextricablement lié au MDPS et à sa mise en œuvre. Il ne prévoit pas de révision globale de la stratégie de décentralisation de la Banque. Il est plutôt destiné à servir aux ajustements du processus de décentralisation qui a donné de bons résultats jusqu’ici et offre la possibilité d’améliorer sensiblement la qualité des opérations de la Banque dans ses pays membres régionaux. La première des cinq initiatives de base du MDPS - le rapprochement d’avec sa clientèle pour leur offrir de meilleurs services - est inscrite bien en évidence dans le texte actualisé du plan d’action décentralisé. Le but de ce plan d’action actualisé est de rapprocher nettement plus les opérations de la Banque des besoins et des systèmes de ses pays membres régionaux, de promouvoir un dialogue plus étroit en matière de politiques et d’activités sectorielles, de créer de nouvelles possibilités d’affaires, d’améliorer la coordination entre les donateurs, de rehausser l’efficacité de ses interventions et de renforcer son impact dans les pays dans lesquels elle intervient.

« À mon sens, nous pouvons tous être fiers des réalisations exceptionnelles de la Banque dans ses services à l’Afrique », a déclaré le président Akinwumi Adesina du Groupe de la BAD dans un message qu’il a adressé à tout le personnel en annonçant la mise sur pied du MDPS. « Lorsqu’elle a atteint son 50e anniversaire en 2014, il avait des millions de raisons de célébrer, sous la forme des millions de vies qu’elle a touchées. Notre tâche maintenant consiste à veiller à ce que la Banque continue à avancer pour fournir un plus grand impact en matière de développement aux populations d’Afrique. Nous devons constamment entretenir de plus grandes ambitions pour l’Afrique. L’Afrique doit voir grand, agir de manière ambitieuse et répondre entièrement aux attentes placées en elle ».

« Ensemble, nous devons changer l’image que nous projetons et repositionner la Banque dans un paysage de développement en rapide évolution », a écrit Adesina. « En tant que banque de tout premier choix pour l’Afrique, nous devons constamment innover. C’est la raison pour laquelle la Banque vient de lancer un appel à la soumission de nouvelles idées judicieuses sur l’amélioration des prestations de services. Plus d’une centaine d’elles ont été proposées dans le cadre de notre initiative INNOPitch, et 60 % des membres du personnel ont exprimé un vote sur leur compte : nous en avons retenu 5. »

« Nous ne devons pas simplement aspirer à être comme les autres. Nous devons devenir plus innovants, utiliser notre image, nos bilans, notre position stratégique en tant que partenaire de confiance pour l’Afrique, et nous engager dans des partenariats solides avec d’autres parties pour dégager des impacts de développement accrus pour l’Afrique. »


Sections Connexes