La transformation de l’Afrique : le grand débat de la Semaine de l’évaluation de la BAD

10/11/2016
Share |

La Semaine de l’évaluation du développement de la BAD, a débuté le lundi 7 novembre 2016 au siège de l’institution à Abidjan. Le thème de la semaine, « Accélérer la transformation de l’Afrique » a su attirer des experts de l’évaluation et praticiens du développement, venant des quatre coins du monde.

Le premier jour était consacré à un atelier sur l’évaluation d’impact et un Café Connaissances sur l’utilisation de l’évaluation.

Le mardi 8 novembre,  Nialé Kaba, ministre du Plan et du développement de Côte d’Ivoire était l’invitée d’honneur de la cérémonie d’ouverture. Elle a souligné l’importance d’évaluer le progrès des « Top 5 » priorités de la Banque.  Eclairer l’Afrique, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations d’Afrique sont des domaines clés d’une transformation du continent, a-t-elle expliqué. Lors de la discussion de haut niveau qui s’en est suivie, les panélistes ont donné leur point de vue sur l’état d’avancement du continent et ont débattu sur les priorités qui pourront conduire à la transformation. Le modérateur de la session, Erik Nyindu, directeur de l’Information de Vox Africa a mis l’accent sur la nécessité de valoriser l’Afrique et tous les progrès réalisés à ce jour, et a donné l’exemple de la réussite du Cap-Vert. Comment fédérer la volonté de tout un peuple pour avancer collectivement ?

Selon Batio Bassière, ministre de l’Environnement du Burkina Faso, « La BAD devrait d’abord travailler à l’appropriation par les pays des priorités du « Top 5 » et à faciliter les conditions de leur mise en œuvre ».

Kako Nubukpo, de l’Organisation Internationale de la Francophonie s’est  pour sa part interrogé : « Comment créer la confiance entre les institutions panafricaines ? Quid pour la confiance entre l’élite et la population d’un pays?  Nous devons commencer par sensibiliser les décideurs politiques sur le fait que l’évaluation n’est pas comme un audit. Plus que les résultats d’une évaluation, ce qui importe c’est le processus d’apprentissage qui l’accompagne ».

Les deux prochains jours seront consacrés au progrès pour améliorer la qualité de vie des Africains, et à discuter de la façon dont l’évaluation peut être utile dans la courbe d’apprentissage du Top 5. Qu’est-ce qui fonctionne en compagnie de qu’est-ce qui ne fonctionne pas dans le développement ?

L’efficacité du développement est un domaine d’intervention de longue date pour la BAD. Sa propre unité de l’Evaluation indépendante du développement (IDEV) organise la Semaine de l’évaluation, avec l’appui du gouvernement de la Corée et du gouvernement du Canada. 

Evaluation Week "Réussir les Top 5: Opportunités et défis - Eclairer et électrifier l'Afrique", 08 Novembre 2016