L'Afrique attend beaucoup de Rio+20, déclare le président de la BAD

21/06/2012
Share |

L’issue de la Conférence des Nations Unies pour le développement durable, ou Rio+20, qui se déroule actuellement à Rio de Janeiro, revêt une importance cruciale pour l'avenir de l'Afrique, a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka.

S'exprimant le 20 juin, lors d'une table ronde de haut niveau sur la mise en œuvre des résultats attendus de Rio+20, M. Kaberuka a déclaré : «Je me joins aux dirigeants africains qui sont intervenus avant moi pour saluer l'issue de ce Sommet. »

Il a fait observer : «Il y a vingt ans, une vision audacieuse a été énoncée et une feuille de route claire arrêtée. Aujourd'hui, vingt ans après, à un moment de tension économique mondiale, cet agenda est encore plus urgent que jamais. Et nul n'a un plus grand enjeu que les pays à faible revenu. »

Il a ajouté que, bien que l'Afrique ait récemment connu une forte croissance économique et une amélioration significative de ses indicateurs de développement humain, «Le chemin à parcourir est encore long pour vaincre la pauvreté. Vous comprendrez donc pourquoi l'Afrique attend beaucoup de ce Sommet. » 

La pérennisation des dernières réalisations économiques l'Afrique, a déclaré M. Kaberuka, est sous la menace de graves crises économiques mondiales. Par conséquent, a-t-il dit, « L'accent que cette conférence met sur l'ordre du jour de la triple soutenabilité économique, sociale et écologique, est au cœur de la stratégie du développement futur de notre continent. »

La BAD va jouer son rôle dans le processus, a déclaré M. Kaberuka. « Pour sa part, dans le cadre de son mandat, et à la lumière des résultats de ce Sommet, la Banque africaine de développement va poursuivre et approfondir son rôle en tant que financier, partenaire et conseiller des pays africains dans la promotion du développement inclusif, qui donne de l'espoir et ouvre des opportunités à sa population, et en particulier, à sa jeunesse. »

Il a poursuivi : « Nous allons nous concentrer sur les solutions d’énergie durable et d’infrastructure, de sécurité alimentaire, de construction de la résilience, de croissance nationale inclusive verte et de plans d’adaptation au changement climatique, ainsi que d'évaluation du capital naturel. »