Facilité africaine de l’eau : le Projet d’assainissement au Libéria nominé parmi les “Innovations marquantes 2013 en faveur du climat”

08/11/2013
Share |

 

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a annoncé, ce mercredi 06 novembre 2013, que le projet “FISH” de Monrovia (en anglais “Fostering Innovative Sanitation and Hygiene”, soit “Promotion des innovations en matière d’assainissement et d’hygiène ”) figurait parmi dix-sept (17) Projets phares qui seront présentés lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, organisée à Varsovie, en Pologne, en novembre 2013.

Sélectionnés pour leur caractère novateur et transformateur, ces projets phares se voient ainsi reconnaître la valeur des solutions qu’ils proposent pour répondre aux défis qui se posent, tout à la fois liés au changement climatique, et plus largement d’ordre économique, social et environnemental.

Les Projets phares 2013 ont été sélectionnés par les 16 membres du Comité consultatif international, dans le cadre du “Momentum for Change” (Dynamique de changement), une initiative financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et la Fondation Rockefeller, et menée en partenariat avec le Forum économique mondial (FEM).

« Les Projets phares 2013 sont de vraies lumières d’espoir, qui montrent ce qui arrive lorsque quand passion et innovation se conjuguent pour relever le plus grand défi de notre époque », a salué Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la CCNUCC. Et d’ajouter : « Il y a des milliers d’exemples de personnes, qui agissent pour combattre les changements climatiques dans le monde entier. Les Projets phares mettent en lumière les exemples les plus pratiques, évolutifs et transposables, de ce que font les gens, les entreprises, gouvernements et industries, pour lutter contre les changements climatiques. J’espère qu’ils en inspireront d’autres, incités à faire de même. »

Le projet FISH a été conçu pour renforcer la capacité de Monrovia à gérer durablement les matières fécales de toute la ville. Il vient compléter les efforts que déploient le gouvernement du Libéria et les partenaires au développement pour améliorer le taux d’accès aux services d’assainissement et faire en sorte que les populations urbaines démunies soient moins vulnérables aux maladies dues à la contamination de l’eau, résultant de la défécation en plein air et du débordement des fosses septiques. 

Le projet a déjà bénéficié, cette année, d’une subvention de 1,2 million d’euros, octroyée par la Facilité africaine de l’eau (FAE) pour couvrir 86 % du financement nécessaire à sa mise en œuvre.

Selon Akissa Bahri, coordonnatrice de la FAE, « la sélection du projet de Monrovia est la consécration amplement méritée du leadership dont le Libéria a fait preuve, dans la promotion de l’innovation pour traiter plus efficacement les problématiques qui affectent la vie des populations et renforcer la résilience au changement climatique. Cela démontre aussi que l’amélioration des services d’assainissement est une composante indispensable de toute stratégie de résilience d’une grande ville. Et qu’il est possible, pour les États fragiles, de surmonter les défis de l’assainissement, en adoptant des idées innovantes destinées à optimiser le rétablissement des ressources. Le projet FISH est un excellent exemple à suivre. » 

Les 17 Projets phares seront présentés au cours de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, prévue à Varsovie, la capitale polonaise, du 11 au 22 novembre.