Climate Finance Day 2016 : La Banque africaine de développement soutient la croissance verte

09/11/2016
Share |

La deuxième édition du Climate Finance Day (CFD) s’est tenue le vendredi 04 novembre à Casablanca, au Maroc. CFD 2016 a été organisé par Casablanca Finance City Authority (CFCA) avec la Banque africaine de développement (BAD) comme Sponsor principal. La conférence s’est pleinement inscrite dans le cadre la COP22 se tenant à Marrakech, Maroc du 7 au 18 novembre 2016.

Le CFD 2016 a eu pour thème la mobilisation des financements à travers le monde dans le contexte de la mise en œuvre de l’accord de Paris. CFD 2016 a ainsi abordé l'une des principales résolutions de l'accord de Paris de décembre 2015, à savoir un appel à une action décisive pour l’orientation des flux financiers sur des trajectoires bas carbone. En collaboration avec les principaux intervenants de la finance climatique, CFD 2016 a mis l'accent sur une gamme de solutions pour soutenir cet appel. En particulier, le CFD 2016 a mis en avant les conditions-cadres nécessaires à la massification des financements verts et le rôle à jouer par le secteur privé dans l’agenda climatique avec un accent particulier sur le continent africain.

La BAD a été le fer de lance du panel, «Green Bonds : Une Opportunité novatrice pour le financement climatique en Afrique», sur lequel la Banque était représentée par Stéfan Nallétamby, directeur du Département du développement du secteur financier. Nallétamby a souligné l'importance de la conférence pour la BAD, «CFD 2016 est aligné avec  l’objectif stratégique de la BAD de soutenir la croissante verte, l’Agenda des 5 Hautes Priorités pour transformer l’Afrique, et la Politique et stratégie de développement du secteur financier 2014-2019 visant à encourager le développement de produits financiers innovants, notamment les émissions vertes, pour financer les investissements structurants". La BAD a également participé au panel, "Axe Energie: Comment Accélérer la transition énergétique ?" pour présenter le progrès sur le « New Deal on Energy for Africa » de la BAD.