De la ferme à l'assiette : La BAD s’engage à contribuer à la lutte contre la malnutrition en Côte d’Ivoire

08/04/2015
Share |

Le 7 avril 2015, la Banque africaine de développement (BAD) s’est associée  à l'Organisation mondiale de la Santé et au reste de la communauté internationale pour célébrer la Journée mondiale de la Santé. Cette année, la Journée s’intéresse à la sécurité sanitaire des aliments à travers le slogan : « Vos aliments sont-ils sûrs ? De la ferme à l'assiette, vous avez tous un rôle à jouer. » a déclaré le Dr. Matshidiso Moeti, Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique dans son message annuel.

Dans ce contexte, la  Banque africaine de développement (BAD) a abrité la réunion trimestrielles des partenaires techniques et financiers (PTF) de la nutrition et  s’est engagée aux côtés de l’UNICEF, comme chef de file adjoint des PTF de la Nutrition en Côte d’Ivoire pour l’année 2015-2016 pour mieux aborder les questions de nutrition et apporter les appuis adéquats aux efforts du gouvernement.

La Côte d’Ivoire a adhéré au mouvement Scaling Up Nutrition (SUN) en juin 2013. Cette adhésion confirme l’engagement du gouvernement à passer à l’échelle  sur les interventions nutritionnelles dans le cadre d’une approche coordonnées et multisectorielle. Des 54 pays membres du mouvement Sun, 34 sont en Afrique. Bien que l’économie africaine dépende majoritairement de l’agriculture (environ 36,4 % du PIB), beaucoup de pays manquent de savoir-faire,  de compétences nécessaires et de  technologies adéquates pour obtenir un rendement efficient. De plus,  près de25 à 30% des enfants de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition en Afrique, à cause d’apports alimentaires inadéquats. D’après le Rapport mondial sur la nutrition 2014, et de l’analyse situationnelle 2014, la Côte d’Ivoire reste en dessous des indicateurs de l’organisation mondiale de la santé en ce qui concerne le retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans et l’anémie des femmes en âge de procréer ainsi que l’obésité.

Bien que la BAD contribue à près d’un demi-milliard de dollars chaque année dans le secteur agricole, elle veut accroître son engagement pour combattre la malnutrition qui touche tous les secteurs de développement, dont l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement, etc. « Nous sommes en train de mettre en place à travers le fonds coréen un projet de renforcement des capacités en nutrition en Afrique de l’Ouest », a déclaré Dr Maimouna Diop-Ly, Analyste principale de la Santé à la BAD. En 2013-2014 la BAD a appuyé l’harmonisation des normes et standards pour la fortification des aliments en Afrique de l’Ouest à travers des ateliers de validation.  

Le groupe des PTF de la Nutrition en Côte d’Ivoire comprend des organisations telles que le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Agence française de développement (AFD), l’Ambassade de France, l’USAID, l’Union européenne, la BAD et la Banque mondiale et les ONGs internationales (Helen Keller International, Action contre la Faim, Médecins du Monde, etc).

 Le groupe a pour but de :

  • Faciliter la mobilisation des ressources financières et techniques à travers la concertation et le plaidoyer ;
  • Appuyer l’alignement des actions autour du Plan national budgétisé, avec un cadre commun de résultats et de redevabilité mutuelle ;
  • Améliorer la coordination et la concertation entre les PTF en vue de rendre plus efficient l’appui dans le domaine de la nutrition ;
  • Améliorer la mise en œuvre des interventions nutritionnelles.