Prix d'excellence 2014 de la présidence de la BAD : Donald Kaberuka prime des projets menés au Kenya, en RDC et au Maroc

11/11/2014
Share |

La remise des Prix d’excellence de la présidence de la Banque a fait l’objet d’une cérémonie, le 11 novembre 2014, au siège de la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, en Côte d’Ivoire. A l’ouverture, Donald Kaberuka, président de la BAD, s’est exprimé sur trois projets financés par la Banque et distingués pour leur excellence.
L’attribution de ces prix met en lumière l'engagement de la BAD, qui œuvre à améliorer la qualité et la viabilité de la croissance en Afrique, comme le stipule sa Stratégie décennale 2013-2022.
Pour assurer la réussite de la mise en œuvre de ses priorités et de son mandat opérationnels, la Banque a fait d’énormes progrès pour renforcer son efficacité et ses performances administratives ainsi que ses résultats. La BAD est fermement décidée à améliorer davantage encore sa performance, afin de continuer de répondre aux besoins d'un continent sur le point de prendre son envol.
C’est dans cette optique que la Banque a donc lancé les Prix de la présidence, afin de promouvoir la culture de l’excellence dans ses opérations et parmi son personnel, de partager les meilleures pratiques à l’œuvre en son sein et de communiquer les résultats de ses interventions.

Critères

  1. Innovation – dans la mesure où le projet recourt à de nouvelles approches pour résoudre les problèmes.
  2. Impact sur les bénéficiaires – il est démontré que le projet a eu un impact positif sur la vie des gens. Si la question de genre est intégrée au projet, c’est un atout supplémentaire.
  3. Système de suivi et d'évaluation fondé sur les résultats – le bon fonctionnement d'un système de S-E basé sur des indicateurs SMART est démontré.
  4. Viabilité et appropriation – les systèmes et les ressources appropriés sont en place pour assurer la viabilité à long terme du projet, notamment l’implication des bénéficiaires.
  5. Enseignements tirés – il est prouvé que les enseignements tirés ont permis d’apporter des améliorations dans l’exécution du projet ou sa mise en œuvre lorsqu’il est reproduit ailleurs.

Projets primés
Trois des 12 projets sélectionnés ont été primés :

Premier prix : Projet d’amélioration de l’autoroute Nairobi-Thika (Kenya) - ce projet se distingue par son fort impact sur les bénéficiaires finaux. En construisant 45 km d’autoroute à huit voies dotée de 9 échangeurs, entre le quartier d’affaires central de Nairobi et la ville de Thika, la vitesse moyenne de parcours est passée de 8 km/heure à 45 km/heure. Un gain de temps qui a profité aux 100 000 foyers de Kasarani, Kiambu et Thika, dont le temps de déplacement quotidien est passé de 3 heures à 30 minutes. Le projet, qui a requis l’embauche de 3 600 travailleurs non qualifiés et semi-qualifiés et 600 techniciens et ingénieurs, a des effets multiplicateurs puissants tout le long du corridor routier. La question de la viabilité a été réglée par le biais d’un fonds routier fiable. Enfin, il s’agit d’un projet cofinancé par la Chine, témoignant ainsi de la façon dont la Banque met à profit ses 50 années d’expérience et d’expertise dans les infrastructures avec de nouveaux partenaires au développement, pour intensifier les retombées positives pour l’Afrique.

Deuxième prix : Projet de réhabilitation des routes Nsele-Lufimi et Kwango-Kenge (RDC) - ce projet illustre parfaitement la manière dont la Banque s’engage dans les pays en situation de fragilité. Dans le cadre du Programme de partenariat pour la transition et la relance de la RDC, la Banque a procédé à la réhabilitation de 310 km de routes nationales et de desserte, entraînant aussitôt une hausse significative de la production agricole dans les provinces de Kenge et de Kikwit : +300 % pour le blé, +48 % pour le manioc, +35 % pour la courge et +15 % pour le riz. Quelque 23 000 personnes résidant dans les alentours impactés par le projet ont pu également bénéficier d’une formation sur l’environnement, la santé et la sécurité routière. Le projet s’est également distingué pour avoir mis à profit les enseignements tirés, comme le défi du financement de contrepartie pour les États fragiles ou la construction de centres de maintenance sur des terrains propriétés de l’État afin de renforcer le développement durable, notamment.

Troisième prix : Projet de la centrale thermo-solaire de Aïn Ben Mathar (Maroc) - ce projet novateur montre comment la Banque soutient les pays à revenu intermédiaire et la croissance verte. Forte de l’engagement sans faille du gouvernement marocain, la Banque a contribué à bâtir cette centrale thermo-solaire à cycle combiné, permettant d’accroître la capacité électrique de 470 MW et de réduire de 33 500 tonnes les émissions de CO2. L’aménagement de routes locales et de ponts tout autour du site du projet a eu des retombées positives pour quelque 1 128 foyers ruraux, leur facilitant l’accès aux services sociaux, la fréquentation scolaire et dopant le commerce local. Le projet a également permis de tirer de précieux enseignements sur la qualité à l’entrée et l’approvisionnement, appliqués aujourd’hui au projet de centrale électrique solaire de Ouarzazate, que la Banque poursuit actuellement.
Ces Prix ont pour but d’identifier et récompenser l'excellence dans des opérations qui méritent d'être davantage reconnues, au sein de la Banque comme de la communauté du développement ; de récompenser les chefs de projets de la Banque pour l'innovation et l'excellence des opérations dont ils ont la responsabilité ; et de diffuser les meilleures pratiques, outre favoriser l'apprentissage, à travers les différents départements de la Banque.