Stratégie décennale de la Banque : un Comité spécial pour accélérer la mise en œuvre est lancé

25/05/2016
Share |

Lundi 23 mai 2016, le président de la Banque africaine de développement (BAD) Akinwumi Adesina a officiellement lancé le Comité spécial pour accélérer la mise en œuvre de la Stratégie décennale de la Banque. Le lancement a eu lieu pendant les Assemblées annuelles de la BAD, qui se déroulent en ce moment à Lusaka.

Le Comité a été mis sur pied afin de formuler des recommandations sur la façon de mettre en œuvre les Cinq grandes priorités, dites « Top 5 » de la Banque et soutenir son action. Kofi Annan, ex-secrétaire général de l’ONU et actuel président de l’Africa Progress Panel, et Horst Kohler, ancien président de la République fédérale d’Allemagne en sont les coprésidents. Les membres du comité sont K. Y. Amoako, président du Centre africain pour la transformation économique ; Paul Collier, directeur de la Faculté d’économie de l’université d’Oxford ; Jay Irlande, PDG de General Electric pour l’Afrique ; Justin Lin, professeur et doyen honoraire de l’université de Pékin ; Trevor Manuel, conseiller principal du Groupe Rothschild ; Ngozi Okonjo-Iweala, présidente du Conseil d’administration de l’Alliance GAVI  ; Mary Robinson, ex-présidente de la République d’Irlande ; Ismail Serageldin, directeur de la bibliothèque d’Alexandrie ; Joseph E. Stiglitz, professeur émérite à l’université Columbia ; et Lars Thunell, de Global Water Development Partners.

Dans un discours, Akinwumi Adesina a souligné combien les Cinq grandes priorités de la BAD sont capitales : « C’est délibérément que les objectifs que nous nous sommes fixés pour les Cinq grandes priorités sont ambitieux, car ils sont ce dont le continent a besoin pour assurer sa transformation. » Il a appelé à ce que les recommandations du Comité traduisent les mêmes ambitions.

Au cours des 10 mois à venir, le Comité se réunira encore trois fois, pour examiner des enjeux cruciaux – volonté politique et réformes de l’économie politique.

Les recommandations du Comité feront l’objet d’un rapport de haut niveau qui sera adressé aux chefs d’État du continent et d’ailleurs, aux responsables des institutions bilatérales et multilatérales, aux directeurs généraux d’entreprises privées et à d’autres décideurs, afin d’unir toutes les parties prenantes dans un effort commun de transformation de l’Afrique.