Énergie - les pays d'Afrique de l'Est, de l’Ouest et du centre invités à accélérer la mise en œuvre de SE4ALL

04/06/2014
Share |

La plateforme africaine de l'initiative SE4ALL (“Énergie durable pour tous”) a réuni, les 29 et 30 mai 2014 à Addis-Abeba, des représentants des pays que cible SE4ALL en Afrique de l'Est, centrale et de l’Ouest, pour travailler à l'élaboration des programmes d'action et des prospectus d'investissement de SE4ALL. La rencontre faisait suite au lancement, en mars dernier, du processus d'élaboration du programme d'action pour la région CEDEAO et à celui, durant les assemblées annuelles de la BAD, à Kigali, de la décennie de l'énergie durable pour tous en Afrique.

Cet atelier de travail a réuni plus de 40 participants des pays que cible SE4ALL pour l’année 2014 (parmi lesquels l'Éthiopie, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda), des communautés économiques régionales, des pools d’énergie régionaux ainsi que des partenaires au développement (Commission européenne, Banque mondiale, Banque européenne d'investissement, Agence française de développement, Département d'État américain, notamment). Y ont également participé des représentants de l'Agence internationale de l'énergie renouvelable, de la plateforme Énergie renouvelable de SE4ALL et de la plateforme sur l'efficacité énergétique hébergée au Danemark. L'atelier s’est ouvert en présence de Gerd Trogemann, directeur adjoint du centre de service régional pour l'Afrique du PNUD ; de Baba Moussa, directeur de l'infrastructure à la Commission de l'Union africaine ; de Mosad Elmissiry, responsable de l'énergie à l’Agence du NEPAD; et de Daniel-Alexander Schroth, coordinateur de la Plateforme africaine de SE4ALL, au Département énergie, environnement et changement climatique de la BAD. 

Un modèle de programme d'action SE4ALL, élaboré par la plateforme africaine, a été présenté aux participants. Document stratégique et national, celui-ci cible de manière intégrée les trois objectifs de l'initiative, à savoir l'accès universel à l'énergie ; le doublement de la part des énergies renouvelables ; et l'amélioration des taux d'efficacité énergétique. Il devra servir de cadre général pour le développement du secteur de l'énergie jusqu'en 2030, prenant notamment en compte les volets connexes (sécurité alimentaire, genre, santé, eau, etc.). Outre leur programme d'action, les pays sont appelés à élaborer un prospectus d'investissement, destiné à convaincre des investissements nécessaires et à les mobiliser. « Le programme d'action SE4All offre l’opportunité unique de relever le défi des réformes indispensables au secteur de l'énergie et d'aligner tous les intervenants sur les objectifs de SE4ALL au niveau national », a indiqué Daniel-Alexander Schroth. 

Ont également été présentées aux participants les dernières informations relatives à SE4ALL, démontrant par ailleurs que tous les pays ont désormais lancé leur processus SE4ALL à leur niveau.

L’atelier a également mis en exergue l'appui que les divers partenaires de SE4ALL apportent aux différents pays concernés par la mise en œuvre du processus. Les représentants de ces pays ont ainsi salué les conseils prodigués par la plateforme africaine de SE4ALL et marqué leur volonté de faire progresser l'élaboration du programme d'action et du prospectus d'investissement. En collaboration avec ses partenaires de la plateforme africaine de SE4ALL, la BAD soutient plusieurs pays dans ce processus.

La BAD héberge la Plateforme africaine de SE4ALL, en partenariat avec la Commission de l'Union africaine, l’agence du NEPAD et le programme des Nations unies pour le développement (PNUD).