Coopération USA-Afrique : Les résultats du développement durable en point de mire

26/06/2013
Share |

Dans leur coopération avec l'Afrique, les Etats-Unis accordent la priorité aux résultats à long terme du développement étayés par la croissance économique, la gouvernance démocratique et les systèmes pérennes qui assurent  la satisfaction des besoins humains fondamentaux et la sécurité alimentaire. Le gouvernement américain met aussi  l'accent sur le rôle capital que la bonne gouvernance joue dans le développement.

En janvier 2012, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) a engagé un important effort pour orienter 30 % de ses financements vers le secteur privé, les entrepreneurs et les organisations de la société civile en Afrique, en vue de promouvoir un développement tiré par le secteur privé et former des partenariats public-privé innovants à fort impact.

La coopération bilatérale du gouvernement américain avec la Banque africaine de développement (BAD) s’est renforcée par la conclusion de deux accords de coopération. En 2008, un protocole d’accord a été signé avec l'USAID portant sur le lancement d’un partenariat de cinq ans à l'appui des petites et moyennes entreprises (PME) africaines. L'idée maîtresse de ce protocole d'accord est d'accélérer les investissements dans les PME africaines.

Un autre protocole d'accord a été conclu dans le cadre du Millennium Challenge Corporation (MCC) en octobre 2010, portant sur la collaboration dans les infrastructures (transports, eau et assainissement), l'agriculture, l'environnement et la santé, ainsi que le genre.

En 2012, l'USAID a versé 200.000 dollars à l'initiative pour la Migration et le développement (MDI), un fonds fiduciaire multi-bailleurs. Le MDI vise les buts suivants : améliorer les connaissances sur les transferts des migrants en Afrique ; appuyer les réformes des cadres réglementaires nécessaires à l’amélioration des conditions des transferts ; développer les produits financiers ;  et fournir un soutien à l'investissement productif et au développement local dans les pays d'origine des migrants.

Lors du lancement de la plateforme pour l’Afrique de l’Initiative Energie durable pour tous, organisé au cours des Assemblées annuelles 2013 de la BAD en mai à Marrakech, au Maroc, l'USAID a promis son appui au Fonds d’énergie durable de l’Afrique, dans le cadre de son engagement à long terme à la promotion de la croissance des sources d'énergie durable sur le continent.

L'Agence a annoncé une contribution de 5 millions de dollars au Fonds. «Beaucoup de petites entreprises en Afrique n'ont accès ni aux capitaux ni à l'expertise technique dont elles ont besoin pour construire les infrastructures énergétiques du continent », a déclaré l'administrateur adjoint de l'USAID pour l'Afrique, Earl Gast. « Comme une énergie fiable est essentielle pour le développement à long terme et la croissance économique de l'Afrique, l'USAID souhaite vivement contribuer à lever les obstacles qui empêchent les entrepreneurs d’avancer vers ces objectifs », a-t-il ajouté.

Au total, concernant  la  promotion du secteur privé, du commerce, de la gouvernance, de la croissance verte et de l’inclusion, la Banque africaine de développement (BAD) est totalement en phase avec le gouvernement américain.  Dans son dialogue avec ses pays  membres, et dans  l’appui aux  projets d’investissement, la BAD encourage la promotion de ces questions.  Une des illustrations parfaites est son appui aux projets d’énergie renouvelables  dans plusieurs pays, notamment au Cap-Vert et au Maroc.