Vous êtes ici

2012-États financiers du FAD

03-juin-2013

Le Fonds africain de développement (FAD ou le Fonds) a été créé en 1972 sous la forme d’une institution internationale en vue d’aider la Banque africaine de développement (la BAD ou la Banque) à contribuer au développement économique et social de ses membres régionaux, à promouvoir la coopération et les échanges commerciaux internationaux, en particulier parmi les membres de la Banque, et de la doter de moyens de financement à des conditions préférentielles pour atteindre ces objectifs.
Par sa résolution F/BG/2010/03 du 27 mai 2010, le Conseil des gouverneurs a augmenté le nombre des membres du Conseil d’administration du FAD, pour passer de douze (12) à quatorze (14), dont sept (7) membres choisis par la Banque et sept (7) membres choisis par les États participants. Ils rendent compte au Conseil des gouverneurs, composé des représentants des États participants et de la Banque. La BAD exerce cinquante (50) % des pouvoirs de vote du FAD et le Président de la Banque est, de droit, Président du Fonds.
La Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN), qui est un fonds spécial géré par la Banque, ainsi que le FAD sont désignés sous le nom de Groupe de la Banque. L’objectif principal de la BAD est de promouvoir le développement économique et social dans les pays membres régionaux. La Banque finance les programmes et projets de développement dans ses États membres régionaux. Elle participe également à la sélection, à l’étude et à la préparation des projets contribuant au développement de ses pays membres et, si nécessaire, fournit une assistance technique. Le FSN a été créé en vertu d’un accord conclu entre la Banque et la République fédérale du Nigeria en vue d’accompagner les efforts de développement des pays membres régionaux de la Banque, en particulier les pays les moins avancés. Les actifs et passifs de la Banque et du FSN sont tenus séparément et indépendamment de ceux du FAD. En outre, le FAD n’est pas lié par leurs obligations respectives. Les transactions avec ces parties liées sont détaillées dans les notes qui suivent.

Sections Connexes